Texte : Jérôme Saglio/Grands Reportages

Parmi les milliers de voyages créés en quarante ans par Nomade Aventure et qui sont encore proposés, ceux de cette page constituent le « top 5 » des best-sellers. Au sommet du classement figure cette belle randonnée chamelière, plébiscitée par plus de deux mille deux cents voyageurs depuis sa création !

Maroc_03_M-Hiane_NomadeAventure_CMJN

Randonneurs dans l’erg de Bougerme, au coeur du  Sahara marocain. © Mustafa Hiane / Nomade Aventure

À l’aéroport de Ouarzazate, nous voyons arriver un homme habillé d’une gandoura bleue avec un chèche sur la tête. C’est notre guide Hamid, un Berbère, venu nous accueillir. Durant cette semaine, il nous fera partager son amour du désert. Il nous apprendra, à nous citadins stressés, à nous accorder au rythme simple du Sahara, à entrer en résonnance avec ses paysages majestueux, à apprivoiser le silence de la marche. Après les salutations d’usage, nous voilà dans une grande jeep, en route vers Zagora. Les paysages défilent, grandioses. Maisons en terre séchée couleur ocre, dattiers gorgés de fruits… Parsemées de ksours imposants, les palmeraies s’étirent le long de l’oued Drâa, jadis le plus grand fleuve du Sahara, qui aujourd’hui se perd dans les sables. Nous rejoignons notre groupe de dromadaires et de chameliers au pied des montagnes abruptes du djebel Bani. Une fois franchie, cette puissante barrière rocheuse nous ouvrira la porte du Sahara. Nous passons un premier col et entrons dans le désert de pierres, le reg caillouteux, univers minéral où n’émergent que de rares épineux. La terre est granuleuse comme une écorce d’orange. La marche est lente, parfois difficile, mais la beauté du paysage indescriptible. Nous paraissons si petits dans cette immensité. Le désert nous délivre une leçon d’humilité.

Le soleil se couche derrière les dunes et teinte l’horizon de couleurs chaudes. À la nuit tombée, les chameliers ont dressé la khaïma, la tente commune pour le repas. Ils se regroupent autour du feu, allumé avec le bois mort récolté autour du campement, pour boire le thé et entonner des chants berbères. Les braises serviront à cuire la tagela, le pain des touaregs. Nous profitons de ce moment de convivialité pour partager nos émotions du jour. La nuit claire permet d’observer le spectacle du ciel. On aperçoit parfois des étoiles filantes, prétextes à faire un vœu. On murmure alors : « Inch’Allah… que ce voyage nous apporte la sérénité ! »

Maroc_04_Z-Gluc_NomadeAventure_CMJN

Cuisson du pain au bivouac : une initiation au désert… © Zbigniew Gluc / Nomade Aventure

Le lever à l’aube, avec le soleil, permet de nous reconnecter avec la nature. Il fait encore frais lorsque nous plions notre tente, pendant que l’équipe prépare le petit-déjeuner. Chaque jour, nous progresserons au rythme de 4 à 6 heures de marche, à la découverte de paysages variés. Plateaux lunaires et calcinés, montagnes déchiquetées aux couleurs variant du safran au bistre et au charbon, hautes dunes de sable des ergs, sculptures mouvantes comme des vagues de l’océan, rougeoyantes sous le soleil déclinant. Fouler d’un pas lent ou dévaler en courant ces géants de sable restera l’un des moments magiques de notre randonnée. Parfois, nous croisons des nomades évoluant d’un pâturage à l’autre, qui semblent surgir de nulle part avec leurs troupeaux de chèvres et d’ânes. Le midi, nous nous posons à l’ombre d’un tamaris ou d’un rocher. Repas et petite sieste avant de poursuivre. La marche silencieuse est propice aux pensées vagabondes, à un retour à l’intérieur de soi. L’âpre solitude du désert, son vide, sa lumière, offre une opportunité d’oublier ce qui nous pèse. Il fait entrer en nous un vent de sable qui lamine nos soucis et procure une vraie sensation de liberté.

Plus de détails sur le voyage : http://www.nomade-aventure.com/mar71

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher