Texte : Pascale Mougenot/Grands Reportages

Les voyages Nomade, ce n’est pas seulement la marche à pied : l’utilisation de modes de transports originaux et typiques de certaines destinations est l’une de ses marques de fabrique. Illustration ici avec cette découverte des pistes et des villages d’Afrique sur une Mobylette. Autonomie, liberté, proximité : une aventure humaine fabuleuse !

BurkinaFaso_01_RETOUCHE_M-Isola_NomadeAventure_CMJN

Sur les les pistes de latérite à Mobylette, au coeur du pays Sénoufo. © Monica Isola/ Nomade Aventure

Au Burkina Faso, la Mobylette est reine. En son temps, Thomas Sankara, ancien président du Burkina Faso,  l’avait même imposée aux hauts fonctionnaires ! À Ouagadougou, parfois surnommée « Ouaga deux roues » d’après le film culte d’Idrissa Ouedraogo, les marques chinoises ont détrôné la mythique Peugeot P50. Abou, le partenaire local de Nomade Aventure, y est resté fidèle : « Elle est robuste et il n’y a pas de vitesse à passer. » Seydou, son grand frère, l’utilisait pour faire découvrir les environs de la capitale aux touristes. L’idée a séduit Julie, chargée de production Afrique Nomade, et le circuit « Pays sénoufo à Mobylette » est né.

L’aventure débute à Orodara, à une journée de minibus de Ouaga. Un plein de mélange à la station service et nous voilà filant sur des pistes de latérite, à l’écart des grands axes. Notre guide Zinaa pris la tête du cortège, le mécanicien « Doc Mob » fermant la marche. Entre eux, un groupe hilare, cheveux au vent, renoue avec l’insouciance de l’adolescence. Des villages de cases et de greniers en banco, des vergers, des champs de sorgho et de coton sur lesquels veillent de grands arbres, la vie défile au rythme lent de nos vaillantes montures. Ici, des femmes en pagne pilent le mil ; là, une nuée d’enfants se lance à notre poursuite. Sur la piste, c’est tout un monde qui se déplace, zébu nonchalant, charrette croulant sous les fagots de bois, poulet accroché au guidon d’une bicyclette… Notre passage suscite immanquablement sourires et grands saluts.

BurkinaFaso_02_J-Foucher_NomadeAventure_CMJN

Sur un marché en pays Sénoufo, ambiance et explosion de couleurs. © Julie Foucher / Nomade Aventure

Les Sénoufo font partie des populations les plus anciennes du Burkina Faso, installées sur le plateau qui occupe l’extrême sud-ouest du pays. Mais leur territoire n’est pas homogène, constitué d’îlots au milieu d’autres groupes de la grande famille Mandé. L’occasion de faire connaissance avec l’étonnant concept de la « parenté à plaisanterie », qui relie les ethnies deux à deux et permet de déjouer les conflits… en riant. Un rire qui nous accompagnera tout au long de ce périple pétaradant au cœur d’une Afrique du quotidien, où chaque rencontre est une fête. Collines verdoyantes et falaises de grès auxquelles s’accrochent des villages, les paysages sont splendides. Du mont Ténakourou, point culminant du Burkina, aux pics de Sindou sculptés par le vent, un haut lieu de cérémonies animistes, et des rochers géants de Fabedougou aux fraîches cascades de Karfiguela, la balade est buissonnière. À raison d’une trentaine de kilomètres parcourus chaque jour, nous avons tout le temps. On en profite pour s’attarder au marché, faire la sieste sous un manguier ou partir en pirogue à la recherche des hippopotames du lac de Tangrela. Les bivouacs se succèdent, en brousse ou dans la cour d’une école, les repas sont concoctés par une cuisinière hors pair. Le bonheur, tout simple. Plaisir aussi de bavarder avec le chef coutumier ou l’instituteur, suivre le travail du forgeron, admirer les masques d’initiation et goûter au « dolo », une bière de mil très rafraîchissante… Une échappée belle placée sous le signe de l’authenticité. On vous emmène ?

Plus de détails sur le voyage : http://www.nomade-aventure.com/bur54

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher