Dans Coups de cœur, Inspirations

Pister le Big Five, suivre la grande migration, s’émouvoir devant un magnifique coucher de soleil, être subjugué par la savane dans ce qu’elle a de plus pur… c’est tout ce dont on rêve lors d’un safari au Kenya ou en Tanzanie. Mais c’est là où l’affaire se corse ! Quel choix faire (sans renoncer) entre ces deux pays voisins d’Afrique de l’Est ? Chacun présente un florilège de parcs et de réserves naturels abritant une vie sauvage exceptionnelle : de quoi vivre un safari d’anthologie ! Pour vous aider dans ce choix cornélien, on vous débroussaille le chemin, en vous exposant leurs principaux points forts. En piste !

Où observer la faune sauvage au Kenya et en Tanzanie ?

La concentration de la faune et sa diversité, que ce soit au Kenya ou en Tanzanie, est à peu près équivalente. Si le Big Five (lion, léopard, éléphant, rhinocéros noir et buffle) est observable dans les deux pays (au Serengeti et N’Gorongoro en Tanzanie et dans le Masai Mara et lac Nakuru au Kenya), certains animaux sont plus facilement visibles dans un pays que dans l’autre, en fonction de certaines périodes. Pour vous aider à choisir entre ces deux destinations, voici un petit récap des principaux parcs et réserves de chaque pays ainsi que les animaux qu’ils recèlent.

Les parcs et réserves incontournables…

1) Vue sur le Kilimandjaro dans la réserve du Masai Mara – Kenya © Gianni / fotolia.com 2) Lion dans le parc national du Serengeti – Tanzanie © Erich Schmidt / fotolia.com 3) Éléphants dans le parc de Tarangire – Tanzanie © Xaver Klaussner / stock.adobe.com 4) Girafe réticulée dans la réserve nationale de Samburu – Kenya © Laetitia Ferreira / Nomade Aventure

Contrairement aux idées reçues, le Kenya n’est plus une destination de tourisme de masse comme il y a 20 ans. Les charters bondés ont disparu et l’hyper-fréquentation des parcs et réserves naturels a nettement diminué. Néanmoins, au sud, on y trouve ses sanctuaires les plus visités tels le petit parc national d’Ambolesi, facilement accessible depuis Nairobi, l’un des plus anciens parcs du pays. Ses zones marécageuses regorgent d’éléphants, d’hippopotames, de girafes et d’oiseaux mais sa célébrité tient surtout à sa vue magique sur le Kilimandjaro, léché de neiges éternelles, qui culmine à 5 895 m d’altitude. Les levers et couchers de soleil y sont à tomber ! Autre star du pays, la réserve nationale du Masai Mara, de loin la plus représentée dans notre grand écran : le Roi Lion, Félins, Out of Africa et bon nombre de documentaires animaliers de la National Geographic ont été tournés ici. On comprend vite pourquoi. Couvrant 1 700 km², elle abrite l’un des plus riches écosystèmes de savane d’Afrique et une faune sauvage incroyable. Grande population de lions, troupeaux d’herbivores traversant sa rivière éponyme lors de la grande migration, une centaine d’espèces d’oiseaux et tant d’autres animaux vivent ici en symbiose parfaite entre les acacias et les hautes herbes dorées. Enfin, les lacs alcalins de Nakuru et de Navaisha, disséminés le long de la faille de la vallée du Rift, font aussi partie des sites incontournables. Près d’1 million de flamants roses et pélicans virevoltent sur leurs eaux, une faune variée, telles les girafes de Rothschild, s’agite dans leurs forêts d’acacias et d’euphorbes et de nombreux rhinocéros noirs et blancs (Nakuru) sont observables facilement grâce à la petite superficie des parcs et le bon état des pistes.                  

Le nord de la Tanzanie offre aussi son lot de trésors dont son parc national phare : le Serengeti. 14 000 km², classé au patrimoine mondial de l’Unesco, 4 millions d’animaux dont la plus grande densité de lions au monde, seconde réserve animalière d’Afrique, deuxième plus grand parc national du pays… sacré palmarès, n’est-ce pas ? Ses immenses plaines réputées pour la migration annuelle de milliers de gnous possèdent des paysages grandioses : savane herbeuse au sud, régions boisées et vallonnées à l’ouest, kopjes (formations granitiques) à l’est et savane arbustive au nord. On y rencontre, entre autres, buffles, zèbres, antilopes, gazelles et girafes et tous leurs prédateurs. Autre immanquable d’un safari en Tanzanie, le cratère du N’Gorongoro, soit la 8e merveille au monde.Cette caldeira de 20 km de diamètre et de 600 m de profondeur est un paradis sauvage où l’on peut observer tous les grands mammifères d’Afrique (éléphants, lions, rhinocéros), 400 espèces d’oiseaux, une nuée de flamants roses venant se poser sur le lac Makat pendant la lune montante, les buffles se délassant dans la boue et les hippopotames barbotant dans l’eau. Sans oublier, un passage dans les deux parcs nationaux proches d’Arusha : Tarangire tapissé de baobabs géants et de collines verdoyantes, qui dévoile des espèces endémiques tels le gérénuk, le petit koudou, l’oryx, l’élan et la plus recherchée des antilopes, le grand koudou… ou le lac Manyara avec son impressionnante concentration de singes : babouins, singes argentés, vervets verts… Extra !

… jusqu’aux recoins les plus confidentiels

1) Coucher de soleil sur le parc du Serengeti – Tanzanie © Florian Hauer / Nomade Aventure 2) Chimpanzé dans le parc national de Gombe Stream – Tanzanie © Impala / fotolia.com 3) Safari en famille dans le parc national de Tsavo Est – Kenya © Aminata Konte / Nomade Aventure 4) Léopard – Tanzanie © MOIZ / stock.adobe.com

Au Kenya, si l’on souhaite s’éloigner un peu des parcs les plus fréquentés, c’est tout à fait possible. Moyennant quelques heures de route supplémentaires, on peut ainsi découvrir les magnifiques réserves de Samburu et Buffalo Springs. Situées au centre du pays, sur le passage de la rivière d’Ewaso Ng’iro, ces contrées arides à la végétation clairsemée permettent l’observation de nombreuses espèces rares voire endémiques comme le zèbre de Grévy, l’antilope-girafe, l’autruche de Somalie, la girafe réticulée, l’oryx beïsa et la pintade vulturine. Et c’est également ici qu’on a le plus de chance d’apercevoir les léopards perchés sur les branches. À vos jumelles ! Un peu plus proche de Nairobi, après l’ascension du mont Kenya, on peut accéder à pied (et toujours à pas feutrés) aux forêts d’altitude d’Aberdare qui avec leur climat humide, dissimulent une faune unique : antilopes bongo et sunny, singes colombus, sangliers des forêts et la deuxième plus grande population de rhinocéros noirs d’Afrique. Quant aux passionnés de primates, ils seront comblés avec le sanctuaire privé d’Ol Pejeta où vivent des chimpanzés venus d’Afrique centrale.Enfin, pour voir des éléphants rose-rouge, il faut se rendre au parc national de Tsavo qui dénombre un tiers des pachydermes du Kenya : ces derniers tiennent leur couleur ocre de la terre dont ils s’enduisent. 

Côté Tanzanie, l’est du pays cache aussi de vraies pépites comme le parc national de Mikumi ou sa voisine, la réserve de Selous sur les rives du fleuve Rufiji, à quelques encablures de l’océan Indien. C’est le royaume des crocodiles, buffles, hippos, éléphants, léopards, guépards ou encore des lycaons (la plus grande concentration d’Afrique). Encore plus méconnus et complètement isolés, les parcs de Ruaha et Katavi se nichentau centre et à l’ouest de la Tanzanie. Le premier créé en 1964, comptabilise la plus forte population d’éléphants du pays (avec Selous), ainsi que koudous, hippotragues noirs et antilopes rouannes. Tandis que le second, établi sur les immenses plaines de Chada et Katasunga, parcouru par la rivière Katuma, préserve en nombre crocodiles, hippos, et une très discrète population d’élans. Accessibles en avion depuis Dar es Salam, leur visite est relativement coûteuse, un mal pour un bien, pour qui veut se sentir seul au monde. Cerise sur le gâteau, une extension dans les parcs des monts Mahale ou de Gombe Stream, sur les rives du lac Tanganyika, est possible depuis Katavi pour partir sur les traces de Jane Goodall et des chimpanzés.

Quels types de safari au Kenya ou en Tanzanie ?

1) Safari en 4×4 dans le parc du Serengeti – Tanzanie © Florian Hauer / Nomade Aventure
2) Safari en 4×4 dans la réserve nationale du Masai Mara – Kenya © Ana Gram / fotolia.com

Un safari au Kenya permet d’approcher les animaux de multiples façons. En minibus 4×4 avec toit ouvrant (de type Nissan), le véhicule le plus courant au Kenya, accompagnés d’un chauffeur et d’un ranger francophone (guide spécialisé dans les safaris), on accède plus rapidement aux coins les plus reculés et sauvages des parcs et réserves naturels. On peut également y réaliser des safaris à pied, comme à Crescent Island, une presqu’île en forme de croissant située sur le lac Naivasha. Après une balade en bateau sur le lac où l’on peut y admirer une flopée d’oiseaux (rapaces, martins-pêcheurs, échassiers…) et d’hippopotames, on découvre les zèbres, gazelles, gnous et girafes qui ont élu domicile sur ce petit lopin de terre. Particulièrement adapté aux familles avec enfants, ce genre de safari est totalement sans danger (puisque l’île ne compte aucun prédateur) et permet une observation des animaux optimale, tout en gardant ses distances. Plus au sud, à 8 km de là, à Hell’s Gate (ou « les portes de l’Enfer »), on enfourche un VTT pour parcourir les pistes de ce petit parc à la recherche des herbivores jusqu’aux falaises ocre, canyons, cascades, sources d’eau chaude et geysers. De chouettes expériences !

Safari à pied au Kenya © Aïda Diawara

En Tanzanie, on se déplace essentiellement en 4×4 Land Cruiser. Sorti des grandes villes, il est possible d’apercevoir les animaux au bord des routes ou des pistes avant même l’entrée officielle dans les parcs et réserves naturels. D’autre part, les grands parcs du nord du pays (Serengeti, Tarangire, N’Gorongoro) étant assez proches les uns des autres, les temps de trajet pour les rejoindre s’en voient écourtés. Enfin, comme au Kenya, d’autres types de safari hors sentiers battus existent : en canoë sur le lac Manyara où l’on peut observer plus de 40 espèces d’oiseaux et croiser buffles, babouins, léopards, impalas, girafes, hippopotames… ou bien sur l’un des deux lacs de Momella, en bordure du parc national d’Arusha. Enfin, de multiples concessions privées à travers le pays proposent des safaris nocturnes autour du lodge, avec un guide, permettant d’apercevoir des espèces difficilement observables en plein jour tels que les léopards (chasseurs nocturnes), civettes, oryctéropes, renards, caméléons… Sensations visuelles et sonores incroyables !

Où dormir lors d’un safari au Kenya ou en Tanzanie ?

1) Lodge – Arusha – Tanzanie © N.F.T.L./H. P. 2) Camp en pleine nature – Serengeti – Tanzanie © M.K.K.C. 3) Eco camp en pleine nature – Réserve du Masai Mara – Kenya © M.M.E.C. 4) Bivouac en Tanzanie © H. P.

Première puissance de l’Afrique de l’Est, le Kenya s’est ouvert au tourisme bien avant la Tanzanie. De ce fait, son offre d’hébergement est plus variée, celle « milieu de gamme » très développée et l’accueil touristique bien rôdé. Lors d’un safari au Kenya, on trouve ainsi de nombreux campings tout confort et économiques, d’hôtels et de lodges de grande capacité qui offrent toutes les commodités : restaurant, supérette, piscine… En Tanzanie, campings classiques, camps de toile avec lits de camp (souvent avec sanitaires privés) et lodges de charme plus intimistes composent essentiellement le décor, et l’accueil touristique y est très authentique. Dans chacun de ces pays, de nombreuses structures se situent à l’intérieur des parcs et réserves naturels, au plus près de la faune sauvage ou face à des panoramas d’exception, comme ceux de l’Ol Doinyo Lengaï en Tanzanie, la montagne sacrée des Maasaï, ou de la chaîne des Aberdare au Kenya. Et pour prolonger le safari jusqu’à la nuit et s’éveiller dans les murmures de la savane, on peut louer son propre 4×4 avec tente sur le toit à déplier en un tour de main. L’occasion de retrouver dans les campings d’autres aventuriers venant de tout horizon, de palabrer au coin du feu le soir venu, ou de bénéficier d’un petit coin de brousse sous les étoiles, rien qu’à soi.

Des rencontres inoubliables avec les tribus locales…

Un safari au Kenya ou en Tanzanie est aussi rythmé par des moments de partage et d’échanges avec les communautés locales. Véritables passeurs d’histoires et des traditions depuis des millénaires, les Maasaï sont présents un peu partout au Kenya et en Tanzanie. Entre deux safaris, en visitant leurs villages ou en guidant les voyageurs dans les parcs naturels, ils nous montrent qu’il est encore possible de cohabiter avec la faune sauvage, et de vivre en complète osmose avec la nature. Au Kenya, on les croisera surtout dans le Masai Mara, et en Tanzanie, autour du lac Natron et dans le parc national d’Arusha. Moins connus que les Maasaï et moins sollicités par les touristes, le peuple samburu a installé ses villages dans la réserve kenyane de Samburu. Dans les lodges locaux, ils s’avèrent être des guides particulièrement attentionnés. Enfin, dans la région du lac d’Eyasi en Tanzanie, on peut rencontrer les tribus datoga et hadzabe, des nomades primitifs chasseurs-cueilleurs, proches des bushmen sud-africains, faisant preuve d’une étonnante résilience.

1) Massaï – Réserve du Masai Mara – Kenya © Brice Petit 2) Femmes samburu – Kenya © hecke71 / stock.adobe.com 3) Immersion en terre hadzabe – Tanzanie © Audrey Rossignol / Nomade Aventure

Après le safari, de la détente en bord de mer…

Après un safari au Kenya ou en Tanzanie, rien de mieux pour finir en beauté qu’un séjour balnéaire dans les eaux turquoise de l’océan Indien. Au Kenya, c’est sur la belle plage de Diani que se termine l’aventure. Dans un hôtel, les pieds dans l’eau, on profite de ces quelques jours de farniente pour se balader en bateau jusqu’à la petite île de Wasini et son magnifique jardin de coraux ou faire du snorkelling dans le parc marin de Kisité, réputé pour abriter l’une des plus belles faunes marines de l’océan Indien (le safari continue…). En Tanzanie, c’est un peu près le même programme qui nous attend sur l’île de Zanzibar, surnommée l’île aux épices. Entre l’Orient et l’Afrique, cette petite perle posée sur le bleu du lagon, chargée d’Histoire, est un véritable paradis avec une myriade d’attraits : Stone Town aux ruelles d’un autre temps ; les plages de Jambiani au sable blanc et cocotiers, où flânent, au gré du vent, les dhows et ngalawas (pirogues à balancier traditionnelles) et s’afférent les ramasseuses d’algues… la carte postale !

1) Homme à vélo sur une plage de Zanzibar – Tanzanie © Max Ferrero / fotolia.com 2) Plage de Tiwi près de Diani – Kenya © Aminata Konte / Nomade Aventure

Quand partir en safari au Kenya ou en Tanzanie ?

Zèbres dans le parc du Serengeti – Tanzanie © Eric Isselee / fotolia.com

Ces deux pays d’Afrique de l’Est étant limitrophes, ils bénéficient du même climat majoritairement équatorial avec quelques microclimats propres à chaque région. La meilleure période pour partir en safari au Kenya ou en Tanzanie correspond à la saison sèche, de décembre à début avril (parcs centraux, du nord de la Tanzanie et du sud du Kenya), et de juillet à début octobre (parcs du nord de la Tanzanie et du sud du Kenya). Quant à la saison des pluies, elle survient au cours des mois d’avril, mai, juin et novembre. Bien que les pistes soient moins praticables et le camping sous tente non recommandé, cette période moins touristique permet d’admirer de magnifiques paysages : l’herbe gorgée d’eau devient verdoyante, les contrastes de lumière plus intenses, les ciels d’orage somptueux, les couleurs éclatantes. De quoi prendre de très belles photos !

Où et quand assister à la grande migration ?
L’herbe est plus verte ailleurs… C’est bien ce qui motive la grande migration des gnous et zèbres qui a lieu chaque année dans le sud du Kenya et le nord de la Tanzanie. Un spectacle extraordinaire et unique au monde ! Suivis de milliers de gazelles et d’impalas et de leurs prédateurs, cette gigantesque masse d’herbivores entreprend une grande boucle entre le parc du Serengeti et la réserve du Masai Mara à la recherche de pâturages pour se nourrir. Pour l’observer, il suffit de se rendre dans l’une de ces deux régions à la bonne période : entre mi-août et fin septembre dans le Masai Mara ; en juillet-août et octobre au Serengeti où les troupeaux bravent les crocodiles lors d’une éprouvante traversée de la rivière Mara, à la frontière du Kenya. De décembre à mars, la grande migration se déplace à l’extrême sud du Serengeti et donne naissance vers janvier et février à des milliers de bébés gnous et zèbres que l’on peut apercevoir. On peut en outre assister à d’impressionnantes scènes de chasse. Bon à savoir, ce phénomène tributaire de la météo et des pluies est toujours imprévisible et son observation non garantie à coup sûr !

Migration des gnous et zèbres – Parc national du Serengeti – Tanzanie © Sylvain Lenglart / Nomade Aventure

Et si après lecture de cet article, votre cœur balance…

… toujours entre ces deux destinations, on peut envisager un combiné Kenya – Tanzanie comme cette envolée littéraire en Afrique de l’Est, en compagnie d’Olivier Weber, membre de la SEF (Société des Explorateurs Français) pour pister les animaux dans les plus beaux parcs naturels à travers le prisme des écrivains Karen Blixen, Joseph Kessel ou encore Ernest Hemingway.

Photo de Une : Safari dans le parc du Serengeti – Tanzanie © Florian Hauer / Nomade Aventure

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher