Dans Actus Nomade, Inspirations

Madère, Canaries, Açores, Cap-Vert, São Tomé jusqu’à la très lointaine et impériale Sainte-Hélène… figurent parmi les plus belles îles de l’Atlantique. À l’évocation de leurs noms, on se souvient de vieilles histoires de marins, de légendes fabuleuses et de récits de conquistadors. On leur donne aussi mille surnoms : île chocolat, îles au vent, îles oubliées, île verte, île rose, îles du printemps éternel… On ne sait pas toujours vraiment où elles se trouvent, ni quels secrets et trésors elles renferment : sûrement des paysages aussi grandioses que les sentiers de randonnée qui les sillonnent. Pour nourrir encore plus notre imagination et entrevoir toutes leurs richesses, on vous emmène à la découverte de ces perles de l’océan Atlantique…

Madère, l’île aux fleurs

Vue sur Câmara de Lobos à Madère – Portugal © Alex Yeung/KittyKat/fotolia.com

L’île aux fleurs, comme on la surnomme pour son abondance végétale, est située au sud-ouest de la péninsule ibérique. Bénéficiant de températures agréables une bonne partie de l’année, c’est un vrai éden pour les randonneurs. Dans l’itinéraire Le meilleur de Madère, on découvre à pied la partie est de l’île, l’une des plus belles. On ne se lasse pas d’arpenter ses montagnes et ses ravins, et de longer ses fameuses levadas, des canaux d’irrigation construits dès le XVI ͤ  siècle pour acheminer l’eau du nord-ouest de l’île plus humide au sud-est plus aride. Dans le trek engagé Cimes et sentiers, on prend de la hauteur sur les trois plus grands sommets de l’île : le Pico do Arrieiro, le Pico Grande et le Pico Ruivo. Ce dernier, le plus élevé qui culmine à 1 862 m d’altitude, offre aux premières lueurs de l’aube un panorama saisissant sur les massifs escarpés qui émergent au-dessus de la mer de nuages. Et Madère regorge de bien d’autres trésors : la pointe de São Lourenço aux falaises violettes et ocre qui plongent dans le bleu de l’océan, les piscines naturelles de Porto Moniz, les cultures en terrasses et vignobles, forêts primaires, cascades vertigineuses, ou encore Funchal, la capitale avec ses ruelles pittoresques, son jardin exotique et ses marchés colorés. On en prend plein la vue et les autres sens ne sont pas en reste !

Découvrir tous les voyages à Madère.

1) Randonnée entre le Pico do Arieiro et le Pico Ruivo © Elena Paskaleva / Nomade Aventure 2) Randonnée entre le Pico do Arieiro, Pico Ruivo et le col d’Encumeada © Julie Foucher / Nomade Aventure 3) Côte sauvage près de Santana © Rulan/fotolia.com

Le saviez-vous ?

Après la découverte de Madère en 1420, les goélettes castillanes et portugaises se rendent régulièrement sur l’île pour en rapporter quelques-unes de ses richesses comme le bois. Madère n’en manquait pas à l’époque. Une forêt primaire qui brûlera par la suite, recouvrait toute sa surface. Ainsi, l’île en tirera son nom « Ilha da Madeira », signifiant en portugais « île du bois « . Autre matière végétale prisée : le « sang-de-dragon ». Cette résine de couleur rouge utilisée pour la teinture du textile était extraite du dragonnier, un arbre à la longévité extraordinaire (dont on retrouve l’un des plus vieux spécimens sur l’île de Tenerife). À Madère, on peut, encore aujourd’hui, en admirer environ 300 dont certains à proximité des maisons traditionnelles.

Les Canaries, archipel du printemps éternel

Randonnée dans le parc national du Teide à Tenerife © Uwe Albert-Thiele/fotolia.com

Parmi les plus belles îles de l’Atlantique figurent sans conteste les Canaries. Et il n’est pas simple de savoir quelle île choisir entre les sept que compte cet archipel volcanique. Localisées à quelques milles marins des côtes marocaines, elles recèlent une variété impressionnante de paysages totalement différents, ainsi que d’innombrables spots de randonnée. Sur Tenerife et La Gomera, par exemple, on chemine entre les barrancos et falaises encaissées du massif de Teno. On dévale le canyon de Guarimiar de palmeraies en hameaux oubliés. On s’émerveille au cœur de la forêt brumeuse de Garajonay et ses lauriers millénaires avant de fouler l’immense caldera du Teide et ses formations géologiques incroyables. En toile de fond,  le pic du même nom, plus haut sommet d’Espagne nous toise du regard avec ses 3 718 m d’altitude. Dans les volcans et sentiers de Lanzarote, la magie opère toujours. À travers des balades toutes en douceur et en couleur, on marche tantôt entre les cactus de César Manrique, les vignes de La Geria poussant à même la lave et les cônes martiens du parc national de Timanfaya, tantôt sur les plages au sable blond et eaux turquoise de La Graciosa. Sans oublier La Palma, ses pins canariens et son observatoire astronomique, Grande Canarie et ses oasis luxuriantes, El Hierro ou encore Fuerteventura…Un archipel aux mille visages, où le printemps est, dit-on, éternel !

Découvrir tous les voyages aux Canaries.

1) Parc national de Garajonay à La Gomera © Christophe Cappelli/fotolia.com 2) Le village de Taganana dans le nord-est de Tenerife © Anna Lurye/stock.adobe.com 3) La Geria sur l’île de Lanzarote © jose francisco jimenez meca/dekanaryas/fotolia.com

Le saviez-vous ?

Devinette ! De quel animal l’archipel des Canaries tient-il son nom ? Non, le canari n’a rien à faire dans cette histoire. Les îles Canaries puisent leurs racines dans le latin Canariae Insulae (“îles aux chiens”). Ce nom s’appliquait initialement à la seule Grande Canarie (Canaria Insula). Il dériverait des grands chiens sauvages (canes) que les premiers explorateurs ont découverts sur l’île ou peut-être du culte d’un dieu-chien divinisé par les Guanches, habitants aborigènes des îles. Quant aux adorables Titis jaunes, ils doivent leur nom au Serin des Canaries (volatile lui-aussi originaire des îles) au plumage… vert et brun !

Les Açores, îles multicolores

1) Moulin à vent aux Açores © Berru/fotolia.com 2) Ascension du volcan Pico sur l’île de Pico © stonjy/fotolia.com 3) Randonnée vers le Lagoa da Fajã de Santo Cristo sur l’île de São Jorge © Candice Manse / Nomade Aventure

On a bien sûr déjà entendu parler dans les bulletins météo du célèbre anticyclone des Açores. Mais connaissons-nous vraiment l’endroit d’où il tire son origine ? Ce chapelet de neuf îles portugaises s’égrène à 30°Nord de latitude au beau milieu des flots de l’Atlantique. Autrefois terre d’escale pour les marins en partance vers les Amériques et repaire de flibustiers, cet archipel est un diamant brut. Dans l’itinéraire Açores : le petit paradis oublié !, on y découvre trois de ses îles les plus préservées. Tout d’abord Faial avec Horta, son port de plaisance historique, et le Capelinhos, un cratère sorti des eaux en 1957 suite à une éruption volcanique monumentale. Puis, Pico se dévoile entre vignes plantées dans la cendre, dédale de murets pour les protéger, sentiers muletiers et son imposant volcan qui respire toujours. Le plus haut sommet du Portugal surnommé le « Fuyi Jama » de l’Atlantique offre là une belle ascension. Il y a aussi l’île montagneuse de São Jorge réputée pour son fromage et ses palourdes. Son chemin des pèlerins bordé d’hortensias et de genévriers nous amène vers le lagon perdu de Santo Cristo propice à la baignade. On hume également les Doux parfums atlantiques sur l’île de São Miguel. Elle-aussi se donne à voir avec ses moulins à vent d’inspiration hollandaise et ses sentes ourlées de bruyères. Ils nous conduisent tout droit au-dessus du Lagoa de Fogo et du Sete Cidades. Ces lacs aux mille nuances de bleu et de vert se sont formés au fond de gigantesques cratères. Côté mer, on n’est pas déçus non plus. Les Açores sont l’un des principaux sanctuaires de baleines au monde. On peut y croiser lors d’une sortie en bateau ou même parfois depuis le ferry inter-îles environ 25 espèces de cétacés, comme le cachalot et les dauphins. Des îles aussi enivrantes que dépaysantes !

Découvrir tous les voyages aux Açores.

Lacs de Sete Citades sur l’île de São Miguel © Turismo de Portugal

Le saviez-vous ?

À São Miguel, sur les rives du lac Furnas près du village du même nom, on y prépare un bien curieux met : le cozido das Furnas. Ce plat typique (à base de porc, bœuf, poulet, chorizo, boudin noir, chou, pommes de terre, carottes et patates douces) ressemble à s’y méprendre à notre bon vieux pot au feu.  À une différence près : il cuit grâce à la chaleur tellurique dans une marmite plongée dans la terre pendant 6h à 7h. En effet, sur cette partie de l’île les phénomènes volcaniques sont légion. On peut y observer dans la zone des caldeiras des sources chaudes, des fumerolles, des geysers, des boues en ébullition ainsi que des solfatares. De quoi ouvrir l’appétit !

Cap-Vert, les îles au vent

Randonnée sur l’île de Santo Antão © Fanny Hardy / Nomade Aventure

Dans la ronde des plus belles îles de l’Atlantique, on ne peut passer à côté du Cap-Vert. Ce véritable Brésil de poche est situé au large des côtes sénégalaises. Constitué de 10 îles surnommées Les îles au vent, cet archipel offre une incroyable diversité de paysages et d’ambiances ainsi que des randonnées de haute volée. Pour les amoureux de trek en autonomie, l’aventure et randos capverdiennes permet de partir sur les sentiers muletiers pavés de Santo Antão (avec carnet de route et portage des bagages). On traverse les vallées perdues, les cultures en terrasses, et les villages pittoresques aux toits de chaume tout en embrassant du regard les falaises bordant l’océan. Pour ceux qui aiment voyager en tout petit groupe, le circuit Best of Cabo Verde permet la découverte de : São Vicente avec Mindelo, la capitale culturelle aux ruelles animées (où est née la chanteuse Cesária Évora) ; Santiago en passant de Tarrafal et le retour des pêcheurs sur la plage à Cidade Velha, classée à l’Unesco avec ses édifices coloniaux ; Fogo et son impressionnante caldeira recouverte d’un désert de cendres au noir étincelant et surmontée par le Pico do Fogo, un volcan toujours actif. Le tout ponctué de baignades agréables, de rencontres chaleureuses, d’escapades dans les marchés colorés, et bien sûr de danse et de musique !

Découvrir tous les voyages au Cap-Vert.

1) Retour de la pêche sur l’île de São Vicente © Sylvain Lenglart 2) Portrait de femme à Santo Antão © Sylvain Lenglart 3) Descente dans le cratère du Pico do Fogo sur l’île de Fogo © Sylvain Lenglart

Le saviez-vous ?

La musique et la danse sont essentielles au bonheur des Capverdiens. Tout leur est prétexte à faire la fête : au coin d’une rue, dans les cafés, sur les places principales des villages ou même au fond des vallées, grâce aux amplis qui résonnent. Elles leur permettent de passer le temps mais aussi d’oublier un peu les difficultés du quotidien et d’exprimer leur chagrin. C’est ainsi qu’est née la sodade, un sentiment mêlant nostalgie, mélancolie et espoir, sacralisé en créole par Cesária Évora à travers la musique morna. Et il existe une ribambelle de danses et de musiques aux influences africaines et européennes tout aussi populaires comme : le funana-électro dont raffole la jeunesse, la mazurka importée de Pologne, la samba originaire du Brésil ou encore le zouk et le merengue provenant des Caraïbes… Le magnifique carnaval de Mindelo à São Vicente (qui se tient d’ordinaire en février) est l’occasion parfaite de découvrir tous ces rythmes entraînants dans une liesse sans pareille.

Musiciens dans la vallée de Paul sur l’île de Santo Antão © Vanille Mayé/Snooze Again

São Tomé, l’île chocolat

Bem-vindos à São Tomé ! Ce pays d’Afrique (le plus petit) est situé en face du Gabon, pile sur l’Équateur. Avec un patrimoine colonial authentique, de splendides paysages exotiques, une population attachante, et très peu de touristes, cette perle de l’Atlantique a vraiment tout pour plaire. Et rien de tel qu’un trek équatorial sur les traces du cacao hors sentiers battus pour s’en apercevoir. De roças en roças (anciennes plantations de cacao et de café) en suivant le vieux chemin de fer, on arpente les plus beaux coins de l’île. On s’engouffre dans les forêts secondaires qui regorgent de caféiers, cacaoyers, canneliers, bambous, flamboyants et orchidées… On plonge dans le parc national d’Obô et sa forêt primaire foisonnante de fougères, de lichen et de lianes jusqu’au fond du Lagoa Amelia, un cratère de volcan spongieux et bordé de pétunias géants. On sillonne en pirogue la mangrove de Malanza, un écosystème unique où s’entremêlent les palétuviers, et où vivent les petits singes mona et de nombreux oiseaux. D’autres joyaux jalonnent le parcours : la cascade d’Angolar, le geyser de la Boca do Inferno, ou encore la savane de baobabs qui s’étend jusqu’au lagon bleu où l’on peut piquer une tête. Enfin, on atteint São Tomé, le paradis retrouvé ! en arpentant ces incontournables à pied et en 4×4 avant de caboter autour des îlets sauvages de Santana et das Cabra. Une île aux innombrables pépites… à croquer sans modération !

Découvrir tous les voyages à São Tomé.

1) Randonnée dans la forêt secondaire de São Tomé © Tommy Girard 2) Vieille roça et plantation de cacao à Agua Ize © Laetitia Ferreira / Nomade Aventure 3) Mangrove près de Jale © Laetitia Ferreira / Nomade Aventure

Le saviez-vous ?

À la pointe sud de São Tomé, s’étend une belle plage immaculée aux eaux turquoise, jonchée de cocotiers : Praia Inhame. Cet endroit magique, où l’on pourrait presque apercevoir Paul et Virginie en train de se prélasser, est un véritable paradis pour les tortues (principalement luth). De novembre à février, à la nuit tombée, ces jolies créatures protégées par une ONG, viennent pondre leurs œufs dans le sable chaud, là où elles sont nées (éclosion de septembre à avril). Pour être aux premières loges pour les observer (à distance), rien de mieux que de séjourner au petit écolodge de la plage dont les bungalows ont presque les pieds dans l’eau. De juin à octobre, c’est aussi la bonne période pour admirer les dauphins et les baleines à bosse (toujours à bonne distance et avec respect).

Plage paradisiaque de São Tomé © Tommy Girard

Sainte-Hélène, l’île impériale

Comment ne pas évoquer parmi les plus belles îles de l’Atlantique, la solitaire Sainte-Hélène. Ce confetti volcanique, territoire britannique posté entre l’Angola et le Brésil, est l’une des terres les plus isolées du globe. On comprend vite pourquoi la couronne d’Angleterre décida d’exiler (voire de confiner) ici en 1815 Napoléon Bonaparte pour les dernières années de sa vie. Dotée d’un petit aéroport depuis 2017, l’île est désormais accessible par avion (moyennant une escale à Johannesburg). Ce qui n’est pas pour déplaire aux passionnés d’histoire souhaitant vivre Une aventure impériale. Accompagnés du consul de France et directeur des domaines nationaux de Sainte-Hélène, on part visiter les dernières demeures de l’Empereur, dont le pavillon de Longwood parfaitement restauré, ainsi que sa première tombe. En mode autotour à Sainte-Hélène, un voyage hors du temps, les amoureux de nature y trouvent également leur compte. De belles randonnées à faire à son rythme permettent d’admirer des paysages bucoliques aux incroyables contrastes : falaises à pic, roche noire, terre rouge, verts pâturages « so british », et à la faune exceptionnelle (oiseaux endémiques, dauphins, baleines à bosse et requins-baleines…). Un écrin tropical qui n’en finit pas de séduire. Forcément, on tombe sous le charme !

Découvrir toutes les randonnées à Sainte-Hélène.

1) Gill Point © St Helena Tourism 2) Randonnée sur l’île de Sainte-Hélène © Julien Lévêque / Nomade Aventure 3) Mount Pleasant © Julien Lévêque / Nomade Aventure

Le saviez-vous ?

Impossible d’imaginer Napoléon Bonaparte sans son bicorne (surnommé « Le Petit Chapeau »). L’Empereur avait choisi de le porter en bataille (c’est-à-dire les ailes parallèles aux épaules) et non en colonne (perpendiculaire aux épaules) comme la plupart de ses officiers. Il disposait en permanence d’un ensemble complet de douze chapeaux. Quatre seulement furent emmenés à Sainte-Hélène lors de son exil. À sa mort, l’un d’entre eux fut placé dans son cercueil avec sa dépouille qui repose aux Invalides. Un deuxième porté à la bataille de Waterloo se trouve désormais dans les réserves des musées de Sens, dans l’Yonne, tout comme sa redingote récupérée par son mamelouk. Un beau coup de chapeau !

1) Julien Lévêque portant le bicorne de Napoléon © Darrin Des Vignes 2) Domaine de Longwood © Julien Lévêque / Nomade Aventure
 

Photo à la Une : Randonnée sur la pointe de São Lourenço à Madère -Portugal © Elena Paskaleva / Nomade Aventure

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher