Dans Actus Nomade, Inspirations

Assister à la course supersonique d’un guépard, frémir devant un troupeau d’éléphants qui passe nonchalamment devant le 4×4, entendre le feulement d’un léopard au cœur de la nuit, ou s’attendrir face à une maman gorille qui allaite son petit… la faune sauvage subjugue, impressionne, fascine. Rien de mieux qu’un safari en jeep, en pirogue ou à pied, avec guides et pisteurs, pour découvrir l’étendu de sa diversité, l’habitat et les modes de vie des nombreuses espèces de notre planète et éveiller nos consciences sur la nécessité de les protéger. Des forêts équatoriales de l’Ouganda aux savanes de Tanzanie et d’Afrique du Sud en passant par les jungles du Brésil et de l’Inde, ou encore la toundra russe, on vous livre un échantillon des meilleurs réserves et parcs naturels à travers le monde pour observer avec respect et en toute discrétion quelques-uns de ces singes, pachydermes ou grand fauves. Alors tous à vos jumelles ! Chut… ouvrez grand vos yeux !

La forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda et les gorilles de montagne…

C’est dans ce parc naturel du sud-ouest de l’Ouganda fait de jungles épaisses, d’eucalyptus et de cyprès, de rizières et de vallées encaissées que s’étend le royaume des grands singes. Cette forêt de 32 100 ha classée au patrimoine mondial de l’Unesco est reconnue pour abriter près de 300 gorilles de montagne (soit près de la moitié de la population de cette espèce menacée) et quelques chimpanzés. Pour les observer, on part sur le circuit Best of Ouganda accompagnés d’un guide et de pisteurs. Et on s’engouffre à pas feutrés sous la canopée jusqu’au sommet des collines où s’agrippent les nuages. Quel moment magique et plein de frissons que d’entendre au loin leurs cris stridents puis de voir surgir leur masse sombre et imposante derrière un talus de feuilles. Avec un peu de chance, on peut même apercevoir les mamans s’occupant de leurs petits. Hormis ces grands primates, ce sanctuaire qui constitue l’un des écosystèmes les plus riches d’Afrique abrite également de nombreuses autres espèces animales et végétales : 120 espèces de mammifères,  348 espèces d’oiseaux, 220 espèces de papillons et 1000 espèces de plantes et de fleurs… De quoi devenir mordu de sciences de la vie et de la terre !

Maman gorille et son petit lors d’un safari dans le parc national des volcans en Ouganda © Laetitia Ferreira/Nomade Aventure

La réserve d’Hluhluwe-Umfolozi en Afrique du Sud et les rhinocéros

En Afrique du Sud, il n’y a pas que le célèbre parc Kruger pour rencontrer le Big Five (léopard, éléphant, lion, buffle, rhinocéros). Hluhluwe-Umfolozi (qu’on prononce « chluchluwé ») par exemple, située au nord de Durban dans le Kwazulu-Natal, est la plus vieille réserve d’Afrique fondée en 1895. Elle est mondialement reconnue pour sa forte concentration de rhinocéros blancs. Près de 1500 individus ont été sauvés ici de l’extinction depuis les années 1970. Ce conservatoire à ciel ouvert est d’ailleurs l’un des plus grands succès dans le domaine de protection de la nature de tout le continent africain. Lors d’un safari en 4×4, les spécimens qu’on peut observer y vivent paisiblement parmi les rhinocéros noirs, buffles, lions, léopards, girafes et une centaine d’antilopes… sur plus de 96 000 ha de nature sauvage traversés par trois rivières : Hluhluwe, Black et White Umfolozi (comme les rhinos). C’est aussi au cœur de cette région sauvage que le peuple zoulou a installé ses villages de huttes rondes et fait perdurer des traditions millénaires. À retrouver dans le circuit L’essentiel de l’Afrique du Sud.

Rhinocéros dans la réserve d’Hluhluwe-Umfolozi en safari en Afrique du Sud © Tommy Girard 

La concession de Khwai au Botswana et les éléphants

La concession de Khwai est une réserve privée en bordure de la réserve de Moremi, séparée naturellement par celle-ci par la rivière Khwai. La région est caractérisée par un labyrinthe de canaux aux eaux limpides, de lagunes scintillantes au soleil et de forêts-galeries. C’est ainsi une zone de prédilection pour les grands troupeaux d’éléphants qui viennent s’y baigner, se rafraîchir et se reposer à l’ombre des arbustes, tout comme le delta de l’Okavango et le parc national de Chobe (où 80 000 individus y vivent soit la plus grande population d’Afrique). Installés dans un camp de toile au bord de la rivière ou à bord d’un 4×4 au coucher du soleil, on peut observer ces paisibles mastodontes s’arroser et se rouler dans l’eau. Un spectacle d’autant plus incroyable lorsque les autres animaux tels les waterbucks, impalas, zèbres et hippopotames les rejoignent pour s’abreuver. Là le temps s’arrête… on ne bouge plus… on respire tout doucement pour ne pas faire de bruit et profiter au max du moment… Le Paradis des animaux !

Éléphants lors d’un safari au Botswana © Fabrice Del Taglia/Nomade Aventure

Le parc national de South Luangwa en Zambie et les léopards

Le parc naturel de South Luangwa se trouve à l’est de la Zambie sur la rivière Luangwa où s’achève la vallée du Rift. C’est l’une des plus belles réserves animalières d’Afrique australe et le lieu où est né le safari à pied. Outre les lions, les buffles, les nombreuses espèces d’antilopes comme les poukous ou les girafes de Thornicroft, une sous-espèce endémique, elle abrite également une forte population de léopards. Pour apercevoir ce félin discret, qui aime vivre caché dans les arbres, les broussailles ou les rochers, il faut parfois s’armer de patience. En compagnie d’un pisteur et d’un guide, on essaye de débusquer ces magnifiques créatures, au regard d’ambre et à la robe tachetée, qui passent le plus clair de leur temps à dormir ou à observer d’un œil leurs proies avant la chasse nocturne. La nuit, la brousse s’éveille avec tout un tas de bruits et de sons incroyables : les cris des hyènes, le rugissement des lions, le grognement du léopard défendant son territoire, l’affolement des singes sentant un prédateur, sans oublier le barrissement des éléphants ou même l’aboiement des zèbres. Une expérience unique. Alors Zambie d’ailleurs ?

Femelle léopard sur une branche lors d’un safari dans la réserve de Moremi au Botswana © Alex Tsarfin/stock.adobe.com 

Le parc national du Serengeti en Tanzanie et les guépards

Dans la famille des grands fauves qu’on rêve tous d’apercevoir au moins une fois dans sa vie, il y a bien sûr l’athlétique guépard. Et rien de tel que l’immense parc national du Serengeti en Tanzanie pour les observer grâce à un Safari grandeur nature en lodge… Situé au nord du pays à la frontière du Kenya, ce sanctuaire inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco représente avec ses 14 000 km² le second parc national d’Afrique. Il abrite la plus forte concentration de félins de tout le continent dont le guépard (espèce protégée et menacée d’extinction) et différents biotopes. Ces créatures peuvent atteindre une vitesse de pointe de 110km/h. Leur terrain de chasse le jour est varié : les grandes plaines herbeuses au sud, les paysages boisés et vallonnés à l’ouest, les kopjes à l’est et la savane arbustive au nord. Ils partagent ce fabuleux écosystème avec une multitude d’animaux (4 millions au total et 400 espèces d’oiseaux), des gnous, des gazelles et des zèbres dont ils suivent la grande migration chaque année sans en perdre une bouchée…

Guépards dans le parc national du Serengeti en Tanzanie © Perth/fotolia.com 

Le parc d’État Encontro das Águas dans le Pantanal au Brésil et les jaguars

Au Brésil, le jaguar est le roi du Pantanal. Espèce « clé de voûte » régulant les populations de proies et peu connue des scientifiques, il vit à l’abri des regards dans le parc Encontro das Águas au cœur de cette immense région marécageuse à l’ouest du pays qui y concentre la plus grande population au monde. Autant dire qu’il y a de fortes chances pour en apercevoir. Avec un guide naturaliste, à bord d’une pirogue, on part sur la trace du Jaguar. On scrute avec patience et discrétion les rives du Rio Cuiabá et de certains de ses affluents à la recherche de ce prédateur solitaire aussi habile sur terre, dans l’eau que perché sur un arbre. Et si celui-ci tarde à montrer ses babines, on peut toujours s’émerveiller avec la ribambelle d’autres animaux de la forêt : loutres géantes, tamanoirs, singes hurleurs, paresseux, tatous, tapirs, caïmans, anacondas, aras bleus… avant de profiter des charmes et de l’authenticité d’une fazenda familiale (ferme locale d’élevage).

Jaguar dans le Pantanal au Brésil © Nick Dale/stock.adobe.com

Le parc national de Bandhavgarh en Inde et les tigres

Le « Livre de la Jungle » en vrai avec Shere Khan en chair et en os ? Direction le parc national de Bandhavgarh  dans l’état du Madhya Pradesh qui regroupe  la plus grande densité de tigres d’Inde. Lors d’un safari en jeep Tigres et temples : l’Inde sauvage !, on peut les observer aisément dans leur milieu naturel à l’emplacement même où autrefois les Maharajas de Rewâ les chassaient comme trophée. Ils sont désormais protégés depuis 1968, date à laquelle cette réserve privée devient parc national. S’étendant sur 448 km², il constitue avec sa topographie variée, ses forêts denses de sals (grands arbres de l’Inde fournissant un bois précieux) et ses pâturages boisés traversés par des cours d’eau poissonneux, l’habitat idéal du tigre. Le parc abrite aussi de nombreux autres mammifères (biches, cerfs, daims, léopard, hyène tigrée, chat sauvage, ours…) et près de 250 variétés d’oiseaux migrateurs. Un peu plus loin, le parc national de Khana  et ses superbes paysages de jungle qui ont inspiré Kipling pour son roman, protège lui aussi le célèbre animal et offre de nombreuses possibilités de safari. De quoi nous donner l’envie de chanter : « Il en faut peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire… »

Tigre dans le parc national de Bandhavgarh en Inde © Sourabh/fotolia.com

Le parc naturel du sud-Kamchatka en Russie et les ours bruns

Grande comme la France, la péninsule russe du Kamtchatka est connue pour être une terre de volcans (160 dont 29 actifs !) mais aussi le royaume des ours. Ils vivent ici en nombre (entre 15 000 et 30 000 individus) et figurent parmi les ours bruns les plus grands au monde. Pour les approcher, rien de mieux que d’être accompagnés par Rémy Marion, guide naturaliste mais aussi photographe, auteur, réalisateur, conférencier et membre de la Société des Explorateurs Français. Dans le voyage Kamtchatka, terre des ours, il nous emmène en hélico dans la caldeira d’Uzon avec ses fumerolles et sa toundra, puis au seul lodge de la réserve du lac Kourile où l’on peut voir ces imposantes bêtes passer à quelques mètres de l’habitation. Aussi étrange soit-il, dans cette partie de la région, les ours sont essentiellement herbivores, ils aspirent les myrtilles et cueillent les pommes de pins. On peut également observer les mamans ours chasser quelques saumons et truites arc-en-ciel qui remontent les torrents devant l’œil attentif de leur progéniture. Frissons et fascinations garantis !

Ours bruns au bord du lac Kourile dans le Kamtchatka en Russie © Gornyakova/fotolia.com

Nos voyages d’aventure mettent souvent à l’honneur le monde animal, que ce soit lors des observations en milieu naturel ou dans des centres, mais aussi lors des randonnées à dos de quadrupède. Cela présente quelques risques pour la faune sauvage et les animaux de bât que nous voulons limiter. C’est pourquoi nous avons élaboré en 2019 notre propre Charte en faveur du respect de la vie animale.

Photo de Une : Animaux sur un point d’eau dans le parc national d’Etosha en Namibie © Yann Guiguen

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher