Dans Actus Nomade

Quand on parle littérature sur le site web ou le blog d’un tour opérateur de voyages d’aventure,  il est plutôt question de randonnée, de grands espaces et d’exploration. Pas vraiment de thriller, de science ou de suspense. C’est pourtant bien ce à quoi se rattache le premier roman de Benoît Sagaro… un client de Nomade Aventure, gagnant du « Grand Prix Femme actuelle 2020 », et qui a fait (avec sa compagne) nos deux voyages spatiaux, aux Etats-Unis et en Russie ! Le pitch de « La conjonction dorée » ? « Deux crimes terrifiants, deux messages. L’astronaute Christina Dimitrios a vingt-quatre heures pour retrouver les traces de son père disparu mystérieusement lors d’une mission Apollo. Avec l’aide d’un professeur d’archéologie, Christina se lance dans un jeu de piste à la découverte d’indices cachés dans des œuvres anciennes des musées d’Athènes, de Florence et de Paris. Un périple haletant qui la mènera sur les traces de son père et vers un étonnant secret des astres caché depuis des millénaires. » Pas étonnant que l’éditeur de ce roman à la Dan Brown (Da Vinci Code) espère en faire le roman de l’été 2020. Sortie le 4 juin 2020 en format papier (Les Nouveaux Auteurs, 550 pages, 19.95 €), et d’ores et déjà disponible en e-book (13.99 €). Interview exclusive de l’auteur.

Racontez-nous comment et pourquoi vous avez pris la plume pour la première fois ?

« La conjonction dorée » est le premier livre que j’ai écrit. J’aime beaucoup les livres, principalement les thrillers. J’ai toujours été fasciné par les intrigues bien ficelées. Je considère certains comme de véritables œuvres d’art, superbement agencées et admirablement ciselées. Etant de nature curieuse, je m’intéresse notamment aux sciences, à l’espace, à l’Histoire et aux arts. Je suis également très sensible au côté mystérieux, voire extraordinaire, que possèdent certains lieux ou objets. J’ai par ailleurs la chance d’avoir une imagination débordante. La lecture d’un article dans une revue scientifique dédiée à l’espace et décrivant un mystérieux mécanisme ancien, ou encore un face-à-face avec une œuvre dans un musée ont été pour moi des déclics pour commencer à agencer sur le papier le projet qui germait en moi… Fort de tout cela, je m’étais fixé un challenge : cette fois, c’est moi qui allais inventer et écrire une histoire incroyable ! Emmener mes futurs lecteurs au cœur d’une folle intrigue, les étonner, les faire rêver, voyager, s’émerveiller. Bref, partager ce qui m’anime. Montrer à tous que j’en étais capable et que chacun d’entre nous pouvait le faire. Donc, il a fallu se lancer… et je l’ai fait. Je suis très positif. Je suis persuadé que quand on souhaite très fort quelque chose et que l’on met tout en œuvre pour y parvenir, cela devient possible et on y arrive ! Il faut croire en ses rêves pour qu’ils deviennent réalité. Bien entendu, il faut être patient.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour écrire ce roman ?

Il a fallu que le scenario se construise petit à petit dans ma tête. Se lancer dans l’écriture n’est en effet pas si simple. Pour le style de livre que j’écris, je suis convaincu qu’il faut savoir exactement ce que l’on veut, où l’on va. Avoir une bonne structure du livre en tête, la construire tel un scénario de film, pour tenir les lecteurs en haleine jusqu’à la fin. Une sorte d’ossature déterminée par les lieux que je choisis et dans lesquels je veux entraîner mes lecteurs. Déterminée aussi par les moments forts, des indices dans des œuvres ou des lieux qui existent vraiment, et qui vont provoquer la curiosité des lecteurs, les faire voyager et leur donner envie d’aller vérifier sur place. Et puis agencer l’intrigue, folle de préférence, mais plausible. Quand ça semble réel, c’est toujours mieux ! Je prends un malin plaisir à créer des atmosphères, guider le lecteur vers des indices, réinterpréter des œuvres, et à mélanger fiction et réalité afin que le lecteur en vienne à douter et peine à les distinguer. J’ai mis 2 à 3 ans pour écrire mon roman. Mais déjà bien avant cela et tout au long de la période d’écriture, je me suis énormément documenté, j’ai beaucoup lu, j’ai voyagé, visité des musées, …. Et tout cela prend du temps.

Quand l’avez-vous écrit ? Comment avez-vous concilié l’écriture avec votre vie privée/professionnelle ?

Concilier mon métier de kinésithérapeute à temps plein, la vie de famille, et l’écriture d’un tel roman n’est pas simple. Il faut trouver du temps. Les jours de congé, les weekends et les soirées après le travail, quand on n’est pas trop fatigué. Parfois tard le soir, c’est ce qui me convient le mieux. Je suis plutôt quelqu’un du soir pour écrire. Ma famille et mes amis ne m’ont pas beaucoup vu pendant cette période… ils savaient qu’ils devaient me laisser tranquille.

Je suis sportif et pratique régulièrement le jogging. J’ai remarqué que mon imagination est stimulée lorsque je cours, seul, dans la nature. Je suis dans ma bulle et les idées viennent… Ce phénomène se produit systématiquement… Amusant, c’est apparemment comme le héros de Joël Dicker, l’écrivain Marcus Goldman… Il semble donc que je ne sois pas le seul à fonctionner ainsi !

Quelle place a pris l’écriture dans votre vie ?

Pouvoir écrire un roman pour que les autres le lisent est un objectif fantastique, un but que je m’étais fixé, un challenge à relever. Dans la vie, à un moment donné, on a parfois envie d’autre chose. Casser la routine qui a pu s’installer. J’ai trouvé dans l’écriture du calme, de l’évasion, de la liberté, tant du point de vue des horaires qu’au niveau des sujets à aborder. Le terrain de jeu est infini. Tout devient possible. La seule limite est l’imagination mais pour cela, je ne crains pas d’en manquer ! Je me mets beaucoup moins la pression. Je m’épanouis en écrivant.

Je crois savoir que Nomade Aventure n’est pas totalement étranger à la publication de votre roman, de façon indirecte et assez tortueuse mais néanmoins incontestable. Car vous commenciez à perdre un peu espoir de trouver un éditeur, au moment où vous avez croisé la route d’une publicité pour les « voyages spatiaux » de Nomade. Pouvez-vous nous expliquer, et nous raconter ce qui s’est passé ensuite ?

L’histoire de « La conjonction dorée » est assez surprenante.

Oui, vous avez raison. L’été passé, je suis tombé sur une publicité de Nomade Aventure pour ses voyages spatiaux dans le magazine National Geographic dédié aux 50 ans du premier pas de l’Homme sur la lune… Coup de foudre ! Quelques heures de réflexion, et ma compagne et moi-même nous sommes inscrits à deux voyages (USA et Russie). Peu de temps après, quelle surprise de recevoir un message du directeur de Nomade en personne, Fabrice Del Taglia, enchanté et étonné que deux belges aient réservés quatre voyages ! Alors qu’il me questionnait sur ma motivation, je lui ai parlé de mon roman, dont l’héroïne est une astronaute à la recherche de son père disparu lors d’une mission Apollo. J’étais alors à la recherche d’un éditeur.

Il y a ensuite eu une extraordinaire conjonction d’événements, grâce à Nomade et à National Geographic, qui m’a mis sur les trace du concours Femme Actuelle, qui fait partie du même groupe que le magazine National Geographic. Quelques mails, quelques recherches sur le net, de belles synchronicités et des ondes positives, et le tour était joué : je me suis inscrit au concours, que j’ai remporté. A la clé, la publication de mon roman !

Benoît Sagaro et l’astronaute américain Al Worden, pilote du module de commande d’Apollo 15 (décédé le 17 mars 2020), à Houston, octobre 2019

Si, pour donner une idée de ce qu’est votre livre, je dis que c’est un peu un « Da Vinci Code de l’espace » ou un « Pendule de Foucault chez les astronautes », est-ce acceptable ? Sans nous dévoiler l’intrigue, pouvez-vous nous mettre l’eau à la bouche sur le suspense, l’univers, les personnages et les lieux célèbres et méconnus dépeints dans votre livre ?

Je n’aime pas trop que l’on me compare à d’autres auteurs. Chaque écrivain a son propre style et son propre univers. C’est vrai que parmi les deux livres cités, sans hésiter, je me rapproche plus du premier et que l’œuvre de Dan Brown m’a certainement inspiré. Je pense que mon livre est plus abordable qu’un roman de Umberto Eco. « La conjonction dorée » s’adresse en effet à un très large public.

Mon héroïne, Christina, est une astronaute en quête de vérité sur la disparition de son père. Elle va se lancer, avec l’aide d’un assistant en archéologie, dans un véritable jeu de piste pour découvrir un mystérieux secret gardé depuis des millénaires. Ce roman haletant va vous faire voyager à travers l’histoire grecque et la Renaissance italienne et vous emporter depuis l’ancienne base secrète des cosmonautes russes, en passant par Athènes et Florence, jusqu’au centre de Paris, et bien au-delà…. Ce que je peux déjà vous dire, c’est que tous ceux qui ont lu le livre veulent maintenant se rendre sur les lieux du roman pour les découvrir de leurs propres yeux !

Vous avez donc participé, avec votre compagne (et première lectrice), aux deux voyages sur le thème de la conquête spatiale proposés par Nomade Aventure : « The Ultimate American Space Tour » aux Etats-Unis en octobre 2019, et « Dans les pas de Gagarine » en Russie, en février dernier, avec le grand astronaute français Jean-Pierre Haigneré. En Russie vous avez notamment pu visiter la fameuse et mystérieuse « Cité des Etoiles », l’un des lieux de l’action de votre roman. Qu’avez-vous ressenti, et qu’avez-vous pensé de ces voyages ?

En effet, ces deux voyages ont été vraiment extraordinaires. J’ai adoré ! Ils ont dépassé tout ce que j’aurais pu imaginer…

Découvrir la Cité des Etoiles fut un moment d’une grande émotion pour moi. Lorsque j’ai écrit mon roman, je ne l’avais en effet pas encore visitée. Je m’étais beaucoup documenté. Le voyage de Nomade Aventure m’a permis de la découvrir, et en plus accompagné d’un astronaute exceptionnel ayant vécu huit années sur place. Visiter la centrifugeuse et le musée consacré à Gagarine, passer à côté de l’Hydrolab et des appartements des cosmonautes… J’étais dans les pas de mon héroïne ! Moments magiques…

En ce qui concerne le voyage aux Etats-Unis, il était également inouï et d’une densité incroyable ! L’apothéose était bien entendu la rencontre avec Al Worden, vétéran de la mission Apollo 15. Certains des nombreux lieux mythiques visités lors de ce voyage se retrouveront d’ailleurs probablement dans mon deuxième roman que je suis en train d’écrire… surprise !

Tout cela a été possible grâce à Nomade et à son directeur passionné d’espace.

Benoît Sagaro et l’astronaute français Jean-Pierre Haigneré, à l’entrée de la Cité des Etoiles (Russie), février 2020.

Avez-vous des projets de nouveau roman et de… nouveau voyage avec Nomade ?

Je travaille assidûment à mon deuxième roman. Ce sera une suite. J’ai aussi déjà entamé la rédaction d’un troisième thriller qui se passera quant à lui en France, sur un tout autre sujet.

J’espère qu’un jour, suite au succès de mon premier roman, Nomade organisera un ou plusieurs voyage(s) sur les pas de mon héroïne. Qui sait ?

J’adore voyager et il est bien évident que ma compagne et moi-même rêvons déjà d’un prochain voyage avec Nomade : organisation au top, moments d’exception, ambiance chaleureuse et bonne humeur garanties ! L’offre est tellement exceptionnelle que nous ne nous sommes pas encore décidés et puis … je dois d’abord encore un peu travailler pour mériter cette belle récompense !

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher