Le Nicaragua : tout le monde en parle !

Accueil / Coups de cœur / Le Nicaragua : tout le monde en parle !

Interview de Cynthia Barnoud, créatrice de voyages sur la zone Amérique centrale

Entre le Costa Rica et le Nicaragua, ton cœur balance… Comment choisir ?

Pour les passionnés de nature, le Costa Rica constitue une option incontournable avec des parcs nationaux de toute beauté où la faune et la flore sont reines, notamment dans le parc du Corcovado. Les paysages y sont luxuriants, tropicaux, parfois volcaniques. La dominante est le vert un peu partout. Ici c’est touffu, feuillu et dense… amis de la chlorophylle, bienvenus au pays de la Pura VIDA !

Petit par sa réputation mais plus grand pays d’Amérique centrale, le Nicaragua est situé entre le Honduras et le Costa Rica son éternel « rival ». Ces deux pays voisins ont des airs de ressemblance… Pourtant, ils restent bien différents !

Pour ceux qui recherchent en plus de la nature, authenticité, rencontre et culture, le Nicaragua sera sans conteste une étape des plus marquantes. En effet, il se distingue surtout par son côté vierge et inexploré, où peu de touristes se sont encore aventurés, et où l’ambiance latino, un peu foutraque, fait tout son charme !

Champs d’orchidées sur le volcan Mombacho © Fabrice Del Taglia

En plus d’une grande diversité de paysages (volcans, jungle, villes coloniales, lacs, montagnes et canyons, plages sublimes), le pays présente un folklore unique et une la population chaleureuse des plus métissées. « Les vieilles pierres » ne sont pas en reste, avec deux grands joyaux coloniaux tels que Léon et Granada, témoignant d’un passé riche, mouvementé mais passionnant, qui a forgé la vie et l’âme nica. Le développement touristique récent du pays a permis l’émergence d’un tourisme communautaire cher à Nomade Aventure, qui permet de s’approcher au plus près de la vie des Nicas en partageant le quotidien d’orpailleurs, d’éleveurs ou de pêcheurs indiens, par exemple.

Marché à San Juan Del Sur © Pauline Bretéché

Un dernier point et pas des moindres : le Nicaragua est un des pays les moins onéreux d’Amérique centrale proposant ainsi des services d’un excellent rapport qualité-prix. Le pays est désormais prêt à recevoir les voyageurs de toute sorte, du simple routard aux familles.

Quels sont tes endroits préférés et pourquoi ?

L’île d’Ometepe pour son côté rural et encore vierge. On y voit des petites maisons en terre en bord de piste où se côtoient vélos ou char à bœuf, et où la vie s’écoule au rythme de la chaleur… et surtout pour la vue unique de ses deux volcans qui se font face, le Concepción et le Maderas, érigés au beau milieu du lac Cocibolca… grandiose !

Volcan Concepcion sur l’île d’Ometepe  © Véronique Boursier

Granada : coup de cœur pour cette ville animée aux accents coloniaux. Les marchands de hot-dogs, pomme d’amour ou de fruits… déambulent dans les ruelles colorées au ton pastel, des calèches tirées par d’élégants chevaux blancs promènent les chalands entre l’imposante cathédrale dorée et la grande place. Les anciens discutent installés dans des rocking-chairs sur le pas de la porte pour prendre le frais, le soir…Très vivant ! Sans oublier les nombreux bars à musique et petits restaurants qui permettent de se plonger dans l’ambiance latine en soirée.

Cathédrale de Granada  © Fabrice Del Taglia

La côte Pacifique : la réserve de Juan Venado, située en pleine mangrove pour jouer les Robinson le temps d’une nuit au bord de l’eau, et la réserve de la Flor pour observer la ponte des tortues en saison (juillet – décembre), un moment INOUBLIABLE !

Réserve de Juan Venado © Cynthia Barnoud

On m’a dit que le Nicaragua était un pays dangereux… qu’en est t-il ?

Faux ! L’époque des révolutions sandinistes et de la guerre civile est bien révolue et loin derrière nous. Ici, pas de Maras ou de gangs du genre, le Nicaragua est d’ailleurs considéré comme le pays le plus sûr d’Amérique centrale par le Ministère des Affaires Etrangères. Attention tout de même à la Flor de Caña, le rhum emblématique du pays, qui lui peut faire quelques ravages au petit matin après quelques merengue endiablés…

Quels conseils donner à quelqu’un qui aurait envie de tenter l’aventure au Nicaragua ? 

D’y aller avec un esprit routard, aventureux et bienveillant, car même si le tourisme s’est développé ces dernières années, c’est encore une destination authentique et inattendue. Et c’est d’ailleurs ce qui fait son charme.

Puis, essayer d’apprendre quelques rudiments d’espagnol car les Nicas sont très chaleureux, les rencontres sont faciles et nombreuses (comme sur le voyage Au fil des peuples en immersion avec les populations des différentes régions et l’aventure nica où nous passons de nombreuses nuits chez l’habitant), c’est l’un des points forts du pays.

Pour la touche « volcan », je vous conseille quelques incontournables :

  • grimper sur la crête du Cerro Negro, pour mieux redescendre en sautant dans ses cendres volcaniques,
  • observer le mini lac de lave bouillante au fond du méga cratère du volcan Masaya,
  • tenter l’ascension du volcan Concepción, pour admirer la splendide vue sur le lac Nicaragua.

Descente au pas de course dans les cendres du volcan Cerro Negro © Nicolas Astruc

Pour le côté « culture », à faire absolument :

  • déambuler dans les ruelles colorées de Granada, à vélo ou en calèche, et visiter, les ateliers des artisans locaux comme ceux qui fabriquent les cigares.
  • à León, admirer les fresques murales retraçant l’histoire du pays, et les peintures à l’effigie de Sandino, monter sur les toits de la cathédrale de la Merced, ou encore visiter le surprenant musée des croyances et légendes.

Balade en calèche dans les rues de Granada © Hélène Franon

Enfin pour ceux qui ont la bougeotte, de nombreuses options : 

  • Aqua rando dans le canyon de Somoto,
  • tyrolienne sur l’île d’Ometepe,
  • kayak dans les méandres des Isletas,
  • balade à cheval sur la côte Pacifique,
  • VTT à travers de petits hameaux
  • et trek à travers les montagnes du Nord.

Kayak du lac Cocibolca à la mer des Caraïbes © S. T.

Balade à cheval le long du lac Cocibolca © Laurent Richardier

Quelles sont les nouveautés 2018 sur la destination ?

Un circuit exclusif à VTT Le Nicaragua à bicyclette, parcourant la partie ouest du pays. Au-delà des grands sites incontournables comme Granada, le volcan Masaya, la lagune d’Apoyo et l’île d’Ometepe, nous nous aventurons dans des régions aux paysages vierges, nous sillonnons de petits hameaux isolés et dormons sur des îlots sur le lac ou dans des fermes d’élevage bovins… autant dire qu’on peut faire difficilement plus insolite et hors sentiers battus !

Le Nicaragua à vélo © Laurent Richardier

A venir très bientôt, un séjour exclusif combinant les deux perles de l’Amérique centrale, le Nicaragua et le Salvador, qui fera à nouveau la part belle à l’authenticité : îlots volcaniques, petits villages coloniaux paisibles, plages déserte, mangrove exubérante et toujours de belles rencontres !

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE :

Extrait de Nicaragua, opération cacao par Céline Lizon, National Géographic, 27/05/2014
« Le Nicaragua est devenu très sûr depuis la fin de la guerre civile au début des années 1980. ll se dit même qu’on y est plus en sécurité que partout ailleurs en Amérique centrale. Aussi magnifique que le Costa Rica voisin, le Nicaragua accueille bien moins de touristes et du coup conserve son authenticité. Une chaîne de vingt six volcans, deux océans, des forêts superbes et de belles rencontres avec les « Nicas » vous y attendent. »

Extrait de Nicaragua, une autre terre d’aventure en Amérique centrale par Florence Donnarel, Tour Hebdo, 03/07/2014
« L’eau et le feu caractérisent ce pays, le plus grand d’Amérique centrale. Un territoire strié de rivières, bordé de deux côtes et tacheté de lacs (…). Le feu ? Une vingtaine de volcans encore actifs (…). À l’ombre du Costa Rica sur la scène touristique, le Nicaragua est une terre d’aventure plus confidentielle mais tout aussi riche. Avec un patrimoine colonial en plus et une réelle authenticité, promesse de belles rencontres (…). ON AIME : la diversité des paysages naturels entre volcans éteints ou actifs, lacs, mangroves, plages, forêts tropicales, plateaux désertiques. La possibilité d’une étape culturelle, dans une ville coloniale. L’accueil chaleureux des Nicaraguayens. Le caractère encore confidentiel de la destination. »

Extrait de Dans les entrailles du Nicaragua par Claire Cousin, Metronews, 17/04/2014
« Le Nicaragua peut bien se passer de pyramides ! La kyrielle de volcans qui s’égrènent le long de la ceinture de feu, face à la côte Pacifique, offre un sensationnel terrain de jeux (…). Ce petit pays est aujourd’hui considéré, statistiques à l’appui, comme le plus sûr d’Amérique centrale. II suffit, pour s’en assurer, de flâner de jour comme de nuit le long des paisibles ruelles des villes de Granada et de Léon, au charme typiquement colonial (…). Pas encore accablés de touristes, les Nicaraguayens se distinguent par un accueil des plus bienveillants. »

Extrait de Au Nicaragua, terre d’eau et de feu par Martine Picouët, Le Monde, 14/05/2014
« Entre Pacifique et Atlantique, ce pays au passé tumultueux s’ouvre à un tourisme durable, axé sur la découverte de ses lacs et de ses volcans (…). Ici, pas de grands complexes hôteliers comme on peut en voir au Costa Rica voisin, mais l’ouverture de petits ranchos au bord de l’eau et un accueil chez l’habitant qui séduira les plus curieux (…). Pour qui pose le pied au Nicaragua pour la première fois et rêve de découvrir la région Pacifique, ses lacs et ses volcans, Leon, ancienne capitale fondée par les Espagnols en 1610 et bastion des sandinistes en 1979, est sûrement la meilleure porte d’entrée dans le pays (…). On pourrait passer des heures à flâner dans cette ville aux maisons peintes en rouge, vert, jaune, ou le pinceau est roi, admirer les anciennes demeures coloniales (…). Si le Nicaragua est une destination « nature » par excellence, l’île Ometepe en est l’archétype, avec ses villages isolés et ses communautés installées au bord de l’eau. »

Extrait de Loin par Claire Cousin, Biba, 01/08/2014
« Ce pays d’Amérique centrale possède un charme propre qui mérite d’être découvert (…). Le habitants sont charmants et l’atmosphère d’une tranquillité rare. Quand l’ambiance s’échauffe, c’est au rythme de la salsa, de la bachata, du merengue et autres sons latinos (…). Il y a le lac Nicaragua, l’un des plus grands lacs d’eau douce au monde. Ensuite, plein de villes colorées au charme colonial. Mon premier coup de cœur : les paisibles ruelles de Leon, parcourues en buvant, dans une calebasse, un « pozol con lèche » (…). Dans mon hamac sur la plage au soleil couchant, je me dis que si je plaque tout, je viendrai ici… J’ai intérêt à faire vite : véritable paradis terrestre avec ses deux volcans Maderas et Concepción, Omotepe attire de plus en plus de touristes. »

Extrait de De terre, d’eau et de feu par Jérôme Estrada, L’Est Républicain, 24/08/2014
« Le Nicaragua s’ouvre à un tourisme privilégiant la découverte de ses lacs et de ses volcans, sa faune et sa flore (…). La pirogue longe les rives flamboyantes et champêtres d’Ometepe, l’île aux deux volcans joyau inattendu posé sur I immense lac Nicaragua (…). Soudain à droite, l’embouchure du rio Istian s’ouvre sur un paradis de couleurs. Couleurs de la végétation : le Nicaragua compte 17 000 espèces de végétaux notamment des bégonias et des orchidées rares (…). Changement de décor avec Masaya que les indigènes chorotegas appelaient Opogatepe, « La montagne qui bruit ». ll faut dire que ce volcan est encore bouillonnant (…). On peut enchaîner vers d’autres volcans. La Ceinture de feu du Pacifique en a semé 28 dans la région, dont 7 sont actifs comme le Concepción (1610 mètres) ou le San Cristobal, le plus élevé avec ses 1 745 mètres. »

Extrait de la révolution durable par Caroline Brizard, L’Obs, 30/10/2014
« Ce pays a subi des conquêtes successives, des révolutions, des tremblements de terre, mais l’air est d’or, et ses habitants restent enjoués (…). A Granada (..), sous un ciel parfaitement bleu, les façades des palais retrouvent progressivement leur blancheur, mise en valeur par les bois sombres des grandes portes cochères. Et la nuit tombée, les rues sont à la fête (…). La ceinture de feu du Pacifique, un alignement de volcans, passe par le Nicaragua (…). L’un est couvert d’une forêt tropicale habitée par les singes hurleurs (…). Un autre n’est qu’un mont de cendres posé simplement sur la plaine (…). Dans cette nature préservée, les investisseurs étrangers n’ont pas encore développé de complexes touristiques, mais le pays regorge d’hébergements chez l’habitant »

Extrait de Ometepe, de volcan et d’eau fraîche par Florence Donnarel, Libération, 01/08/2014
« Avec ses deux cratères jumeaux ancrés au milieu du lac Nicaragua, l’île d’Ometepe dans le sud-ouest du pays, incarne avec force ce mélange de lave et d’eau qui fait la singularité du Nicaragua (…). La Ceinture de feu du Pacifique, cette ligne de volcans qui entoure l’océan du Chili à la Nouvelle-Zélande, a semé dans la région une vingtaine de sommets (…) L’élément liquide, lui, est omniprésent avec les lacs Managua et Nicaragua (…), les lagunes du littoral atlantique et les nombreuses rivières. »

Articles récents

Laisser un commentaire

shoes